Inscription / Connexion

Distribution, gratuitĂ©… Les masques de protection grand public en quatre questions

Distribution, gratuitĂ©… Les masques de protection grand public en quatre questions

Quels sont les diffĂ©rents types de masques ? Qu’est-ce qu’un masque «grand public» Ă©voquĂ© par le chef de l’État ? Seront-ils obligatoires ? OĂą s’en procurer ? Nous faisons le tour de la question.

Le port obligatoire du masque de protection se profile-t-il en France ? Dans son allocution tĂ©lĂ©visĂ©e du lundi 13 avril, Emmanuel Macron ne l’a pas indiquĂ©. Toutefois, il l’a recommandĂ© en complĂ©ment des gestes barrières et a prĂ©cisĂ© qu’il pourrait devenir «systĂ©matique», notamment dans les transports en commun. «Chaque Français devra pouvoir se procurer un masque grand public pour l’après confinement», a-t-il dĂ©clarĂ©. Pour l’heure, le pays fait face Ă  une pĂ©nurie de masques sanitaires FFP2 et chirurgicaux dont la production en cours est rĂ©servĂ©e aux soignants. Alors quels sont les masques destinĂ©s au grand public auxquels fait rĂ©fĂ©rence le chef de l’État ? OĂą se les procurer ? ÉlĂ©ments de rĂ©ponse.



Quels sont les différents types de masques de protection ?

Il existe Ă  ce jour quatre catĂ©gories de masques aux caractĂ©ristiques diffĂ©rentes et destinĂ©s Ă  un public spĂ©cifique en fonction du degrĂ© d’exposition au virus.

Les masque FFP2. Ce sont les plus efficaces face au Covid-19. UtilisĂ©s uniquement par le personnel mĂ©dical dans les hĂ´pitaux, ils filtrent 94 % des particules de l’air. Ils permettent ainsi de se protĂ©ger au maximum des projections des malades (goutelettes, postillons).

Les masques chirurgicaux. Il s’agit de modèles anti-projections rĂ©servĂ©s au personnel soignant comme les mĂ©decins gĂ©nĂ©ralistes et les infirmières dans les Ephad. S’ils empĂŞchent les projections du malade, ils ne protègent pas efficacement celui qui respire un air potentiellement contaminĂ©.

Les masques alternatifs. Pour pallier le manque de masques de protection, la France a lancĂ© la fabrication d’une troisième catĂ©gorie qui se distingue en deux types de modèles : l’un filtrant 90 % des particules de 3 micromètres, l’autre 70 % de ces mĂŞmes particules, comme l’a indiquĂ© le ministre de l’IntĂ©rieur, Christophe Castaner, dans une interview accordĂ©e Ă  France Info le 6 avril dernier.

Les masques en tissu. Ces modèles réutilisables et lavables à 60 degrès minimum ne sont pas homologués par les autorités sanitaires qui les jugent inefficaces. Ils représentent néanmoins une première barrière de sécurité pour se protéger du virus.



Qu’est-ce qu’un masque «grand public» ?

Les modèles à destination du grand public sont les masques alternatifs et en tissu. En résumé, ceux qui ne sont pas destinés au personnel médical. Ils peuvent être fabriqués de façon artisanale à partir de tutoriels disponibles sur Internet. Notamment ceux diffusés par le CHU de Grenoble et l’Association française de normalisation (Afnor) qui a mis en ligne des patrons «bec de canard» et «trois plis» validés par 150 experts pour leur fonction anti-postillons.

Les autoritĂ©s sanitaires françaises ont par ailleurs validĂ© la fabrication de plus de 80 prototypes par une cinquantaine d’usines de la mode et du textile. Selon la chaĂ®ne LCI qui rapporte les propos de la Direction gĂ©nĂ©rale des entreprises (DGE), 11 millions de masques en tissus rĂ©utilisables ont dĂ©jĂ  Ă©tĂ© produits par l’industrie textile française. Cette production aurait «vocation Ă  monter encore en puissance d’ici Ă  fin avril».



En attendant la distribution gĂ©nĂ©ralisĂ©e, il est possible d’en concevoir Ă  partir de tutoriels diffusĂ©s sur Internet. Des marques de mode proposent leur modèle Ă  partir des patrons du CHU de Grenoble et de l’Association française de normalisation (Afnor). Autre option : se tourner vers des particuliers qui se lancent dans la conception de masques en tissu. L’Afnor propose une plateforme web qui met en relation offreurs et demandeurs d’un mĂŞme dĂ©partement. Il est aussi possible d’en acheter sur le site de vente en ligne Etsy qui a mobilisĂ© ses crĂ©ateurs pour la fabrication de modèles non mĂ©dicaux rĂ©utilisables après un lavage Ă  60 degrĂ©s.

Si ces masques en tissu font office de «première barrière», ils ne dispensent pas d’appliquer les gestes barrières prĂ©conisĂ©s par les autoritĂ©s sanitaires (se laver les mains avec du savon, tousser dans son coude, utiliser des mouchoirs Ă  usage unique).





Les masques seront-ils gratuits ?

La question n’a pas encore Ă©tĂ© tranchĂ©e dĂ©finitivement par le gouvernement. Le ministre de la SantĂ©, Olivier VĂ©ran, a indiquĂ© qu’il «travaillait beaucoup» sur le sujet. Plusieurs villes et rĂ©gions ont d’ores et dĂ©jĂ  fait savoir qu’elles distribueraient gratuitement des masques aux habitants (La RĂ©gion Hauts-de-France, les villes d’Amiens, de Cannes…).



Ă€ propos de Covidon

Covidon met en relation personnes vulnérables (ou leurs familles) et volontaires prêts à apporter leur aide aux résidents de leur quartier ou secteur. BÉNÉVOLEMENT.

Le projet Covidon est porté par une association.

Afin de pouvoir continuer à proposer cette plateforme, vous pouvez nous soutenir et ainsi participer à faire grandir et intensifier son offre gratuite auprès des personnes les plus vulnérables.

Les dons ouvrent droit à une réduction fiscale !

par HelloAsso

Vous souhaitez aider ?Ils ont besoin de vous !

picto-covidon-blc

Vous avez besoin d’aide ?Ils se proposent !

Articles liés